Pourquoi Judas trahit Jésus

« Judas l’Iscariot, l’un des douze, alla vers les principaux sacrificateurs, afin de leur livrer Jésus. Après l’avoir entendu, ils furent dans la joie, et promirent de lui donner de l’argent. Et Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer »

Marc 14:10-11

 

 

En découvrant la trahison de Judas, nous aurions tendance à faire de lui le portrait caricatural du « méchant », du suppôt de Satan. Il me semble cependant qu’il y a peu à apprendre d’une telle perception de la personne de Judas. Dans cet article, je vous propose d’aborder la question « Pourquoi Judas trahit Jésus? » non plus en prenant Judas comme le personnage méchant, mais comme un être humain à part entière. Quel genre d’homme pouvait-il être?

Je crois qu’en abordant les évènements sous cet angle, nous apprendrons à nous préserver nous-mêmes de devenir un traître à la cause de Dieu, et nous découvrirons des pistes pour intercéder. En effet, la prière est puissante pour renverser les situations et apporter du changement (1 Corinthiens 10:4). C’est par exemple par l’intercession des églises que Jésus toucha Paul de Sartre et fit de lui un apôtre alors qu’il était d’abord persécuteur des chrétiens ( Actes 9).

Dans cet article je vais dresser un portrait robot de Judas, sur la base de ce que j’ai lu de lui dans la Bible, et de ce que j’ai trouvé comme éléments de réponse aux questions « Comment était Judas? Comment un homme qui marche avec Jésus, qui a été appelé par lui, en arrive à le livrer ».

Un homme ordinaire que personne ne soupçonne

Lorsque les 12 sont à table avec Jésus lors du dernier repas, Jésus leur annonce qu’il sera trahit par l’un d’eux. Aucun des disciples ne pensent à Judas. Tous sont au contraire dans l’étonnement.  Il semble que rien ne les laisser présager dans le comportement de Judas qu’il pourrait être un traître à leur cause (Matthieu 26:21-24).

Nous pouvons en déduire qu’en société, Judas devait être un homme comme les autres. Il avait des qualités appréciées, peut être était-il sympathique par exemple. En homme ordinaire, il devait également avoir ses inquiétudes, ses peurs, ses cauchemars, ses désirs etc. Peut-être même avait-il un ou plusieurs projets qu’il voulait raéaliser avec l’argent qu’il volait…

Un homme corrompu et corruptible

C’était un homme qui manquait d’éthique. Il était même carrément malhonnête. Par exemple, il a l’habitude de se servir dans la bourse commune qui servait aussi à la collecte de l’argent pour les pauvres; bourse dont il avait la responsabilité comme nous le rapporte Jean 13:29Evangile et bonnes nouvelles voler

« Il disait cela, non qu’il se mettait en peine des pauvres, mais parce qu’il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu’on y mettait »

Jean 12:6

Judas était donc, habitué à abuser de sa position pour servir ses propres intérêts. Il ne partageait pas les valeurs du groupe dont il faisait partie. Il était avide et n’avait aucun scrupule à s’approprier de façon malhonnête des biens qui n’étaient pas à lui. Il avait coutume de recourir au vol, à la sournoiserie.
Nous pouvons donc supposer que Judas savait comment se sentir bien en faisant ce qui est mal. Il savait comment résister à la voix intérieur, à la loi à l’intérieur de chacun, qui dit « Ne fait pas cela. Songe que c’est l’argent des pauvres et ils en ont besoin. Songe que tu es en train de flouer tous ces hommes et ces femmes qui te font confiance pour l’administration de cette bourse. Songe qu’on te fait confiance pour cette mission et tu peux dire non au vol. Tu as ici ce qu’il te faut pour manger, boire et dormir, et tu n’as pas besoin de plus. »

Comment est-ce possible? Parce qu’il avait adopté un système de pensées selon lequel il n’y avait aucun mal à voler dans la bourse. Il s’était fait de bonnes raisons; il avait désormais l’habitude de résister à la sagesse. Son coeur s’était endurci.

Son point faible était l’argent, il le savait, Dieu le savait, le diable le savait aussi. Judas avait choisi de vivre avec cette plaie, et c’est par ce point faible que le diable le prit au piège.

Judas trahit donc Jésus pour satisfaire son avidité avec 30 pièces d’argent.

Un homme peu sensible, voir indifférent

Indifférent à Jésus

Judas est l’un des douze hommes choisis par Jésus dès le commencement de son ministère pour être ses apôtres. Jésus a des disciples, mais les apôtres sont des disciples privilégiés que Jésus enseigne plus personnellement, et à qui il livre tous ses secrets. Par exemple Jésus explique la parabole du semeur aux apôtres et à ses disciples seulement (Mathieu 13).

En tant qu’apôtre, Judas est en permanence aux côtés de Jésus, il a une place de choix pour jauger le caractère de Jésus qui est « humble et doux » (Mathieu 11:29). Cette douceur, Judas n’y est peut-être pas sensible, ou peut-être a-t-il choisi d’y résister.

« Le cœur de ce peuple est devenu insensible ; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, qu’ils ne comprennent de leur cœur, qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse »

Matthieu 13:15

Jésus faisait beaucoup de bien autour de lui. Il enseignait, il partageait sa sagesse, il guérissait les malades etc. A cause de sa personnalité remarquable, certains se déplaçaient sur de grandes distances pour l’écouter.

Judas lui, n’avait pas besoin de se donner du mal pour rencontrer Jésus : il mangeait à table avec lui (Matthieu 9:10).

Pourtant, il semble que Judas n’ait pas vu en la compagnie de Jésus, en ce dont il était témoin, que Jésus avait quelque chose de grand, de beau, d’appréciable et bienfaisant.

De plus, toute l’émotion causée par la mort de Jésus laisse penser que Jésus était très aimé. Est-ce que Judas aimait Jésus? Aimait-il quelqu’un? S’aimait-il lui même? Etait-il capable d’amour?

Comment quelqu’un qui assiste à toutes ces merveilles et se trouve auprès d’un homme de la qualité de Jésus peut-il le vendre contre un sac d’argent?

Judas livre Jésus car l’attachement qu’il éprouve pour Jésus est inférieur à son attrait pour l’argent

Indifférent aux autres

Judas étant disciple de Jésus n’était pas pauvre. Il avait à boire à manger. Pourtant il prenait l’argent des pauvres et il cherchait avec avidité à mettre la main sur les cadeaux que les gens pouvaient faire (épisode de la femme avec le parfum dans Jean 12). Il était complètement indifférent aux besoins des pauvres, et complètement indifférent à ce que pouvait ressentir ces autres qui, muent par leur foi, faisait offrandes de ce qu’ils possédaient au bénéfice du ministère de Jésus. Finalement il semble que Judas était plutôt tourné vers lui-même et occupé à étancher sa soif. Il n’a pas vu que Jésus avait l’eau qui étanche la soif pour l’éternité. Il n’a pas fallu plusieurs jours ou plusieurs semaines à la Samaritaine pour le comprendre pourtant ! Elle l’a juste écouté quelques minutes (Jean 4:1-42).

Pour livrer Jésus il a fallu que Judas soit indifférent au fait que Jésus manquerait à certains, que sa mort serait une perte et une douleur pour une grande communauté.

 

 Indifférent aux merveilles que lui-même vit

Au contact de Jésus, les gens étaient transformés. Ils étaient transformés dans leur coprs, par exemple par des guérisons miraculeuses; ils étaient aussi transformés dans leur vie, par exemple la samariatiane qui change de vie pour annoncer le messi.

Assurémément il y avait une effervescence et un climat très spécial autour de Jésus. Il devait distiller un climat d’espérance et de joie partout où il allait. Quand il arrivait quelque part, la situation changeait du tout au tout ! Par exemple avec la résurrection de Lazare (Jean 11:1-57). Comme ce devait être excitant : il entre dans une maison, les paralytiques marchent, il rentre dans une cynagogue, un jour de sabbat ! Il rend moblie une main paralysée, il rentre dans une ville, tous les malades et les démoniaques sont guéris (Mat 12:15), il parle à une tempête, le vent tombe…

Judas était-il bouleversé, touché par ces évènements ? Se rendait-il compte qu’il était un témoin privilégié de véritables prodiges? Ajoutons qu’en plus, Jésus annonçait que tout cela était rendu possible car le royaume de Dieu c’était approché. Le royaume de Dieu ! Ce même Dieu dont les Juifs avaient entendus parlé, pour lequel ils avaient instaurer nombre de rites et pratiques, et dont ils espéraient tout. Mais Pour Judas, ce n’était pas là une bonne nouvelle. La bonne nouvelle pour lui, c’était de voir les gens venir avec leurs offrandes avec la perspective de pouvoir mettre la main sur leur argent…

Il n’était transporté pas de joie par les signes, il était plus préoccupé par l’argent, par ses propres problèmes ou projets/ par ses préoccupations habituelles.

Un homme qui ne trouve pas sa place dans le groupe

Une cause qui ne lui importe pas

Judas ne devait pas se sentir concerné et impliqué dans ce qui se passait à « l’école de Jésus ». Il était physiquement présent, mais il n’adhérait pas. Pourquoi sinon convoitait-il l’argent de la collecte? Comment aurait-il pu trahir Jésus s’il avait vraiment accordé de la valeur à ce que Jésus faisait, à la cause qu’ils défendait? Judas n’y croyait probablement pas.

En ce sens, ce n’était donc pas vraiment une trahison puisqu’il n’était pas vraiment l’ami de Jésus. Il avait été choisi, mais il était resté par opportunisme. Il n’a pas voulu ouvrir son coeur à l’amour de Jésus, des apôtres, de Dieu. Par contre il avait des biens et de l’argent sous la main, des repas et des invitations ici et là. Il recevait de la reconnaissance de la part des populations, et il avait ce statut d’apôtre tantôt glorifiant, tantôt encombrant.

Un statut délicat

En effet, en tant qu’apôtres, il avait des devoirs et des responsabilités. On sait par exemple que Jésus envoya ses aprôtres  et ses disciples distribuer le pains Au 5000, et au 3000, ils avaient aussi la charge de baptiser (Jean 4:2). Par moment, cela pouvait être pesant d’avoir autant d’obligations, surtout pour quelqu’un qui n’y croyait pas, qui ne comprenait pas.

Parfois, Judas voulait peut-être en finir avec cette vie, en finir avec ce maître Jésus et ce statut d’apôtre. Mais comment s’en sortir? Qui comprendrait qu’il démissionne? Que lui arriverait-il après? Est-ce que les Juifs qui tenaient Jésus pour un prophète n’allaient pas se retourner contre lui? Il fallait qu’il trouve un moyen habile de s’en sortir sans risquer de perdre totalement les avantages qu’il avait gagnés pendant ses années de service.

Peut-être est-ce de raisonnement comme celui-là qu’est venue à Judas l’idée que si Jésus mourrait tout irait beaucoup mieux pour lui. Or Judas savaient que de nombreuses personnes parmis les sacrificateurs voulaient la mort de Jésus. Il fallait juste attendre…

Judas trahit Jésus car il n’est pas reconnaissant du privilège qui lui est accordé de servir Jésus, de servir Dieu. Les tâches lui pèsent et le statut d’apôtre quoi qu’ayant des avantages, ne lui convient pas.

Un homme cynique, incrédule ou suspicieux?

Comment expliquer que le désir de conserver la vie a Jésus ait été pour Judas moins intense que le désir de livrer Jésus et de remporter un sac d’argent?

Peut-être Judas était-il dans le doute perpétuel quant-aux oeuvres de Jésus, et dans la suspiscion. Il pouvait penser « est-ce que cet homme fait vraiment ces signes par Dieu? » « est-ce que cet homme pense vraiment ce qu’il dit? « .

Ou peut-être Judas était-il cynique « A quoi me sert d’aimer mon prochain si je peux obtenir ce que je veux avec quelque pièces? Je n’ai pas besoin de paix, ce n’est pas ce qui me nourrira?  » « Il n’y a que le pouvoir qui compte, pourquoi cet homme n’explique pas plutôt comment prendre le pouvoir au Romains? ». Peut-être même qu’il ne croyait pas du tout en Dieu et qu’il se moquait de tout ce que les gens pouvaient faire à cause de leur foi en Dieu et en Jésus…

La trahison de Judas montre qu’il n’a cru en rien de ce dont il a été témoin de la part de Dieu à travers Jésus.

Parce ce qu’il a pu dénigrer des preuves aussi criantes que les miracles et les prodiges, on peut supposer qu’il était un peu cynique.

Conclusion sur cette lecture

Nous avons vu dans cet lecture que Judas était un homme ordinaire avec un problème : l’appât du gain. Il était avide d’argent. Pour avoir de l’argent, il se montrait malhonnête et avait appris à vivre avec cela.

En société, Judas ne laissait paraître aucune faille, il n’est pas rapporté non plus qu’il y ait eu un quelconque problème ou une quelconque dispute dans le groupe à cause de lui. En apparence, il s’entendait donc avec le groupe; il était au dessus de tout soupçon.

Pour des raisons, qui ne sont pas claires, Judas a du faire  preuve d’une certaine forme d’indifférence, d’égoïsme et d’égocentrisme pour poser cet acte. Derrière cela se cachait peut-être un mal-être, une blessure… Dieu seul le sait. Quoi qu’il en soit, la fin de Judas fut triste : il se suicida, mourut seul.

La recette de la trahison d’après cette lecture serait donc :

  • Une soif inétanchable qui domine sur quelqu’un. Pour Judas c’était l’argent, mais cela peut être la soif de plaire aux autres, la soif de pouvoir, la soif de réussite professionnelle, un besoin excessif du regard de l’autre etc. Cette soif pilotant nos actions jusqu’à la transgression, ici le vol, mais ça peut être le mensonge, la manipulation, le sabotage etc.
  • L’imposture. L’imposture de Judas était de n’avoir fait connaître son problème avec l’argent à personne et d’entretenir avec tous une relation biaisé où il ne livrait les angoisses et les désirs de son cœur à personne, même pas à Jésus. Personne n’a donc pu l’aider.
  • Une peur qui domine sur un homme, par exemple la peur d’être démasqué et d’être exclu, ou la peur de manquer. Cette peur, quand elle domine l’individu, agit en écho avec l’avidité et empêche sa victime de sortir. Cette peur suggère qu’il n’y a pas d’issue pour se sortir de la mascarade, entraînant dans de nouveaux mensonges et de nouveaux scénarios de transgression.
  • L’impossibilité d’adhérer au groupe auquel on appartient, de créer un lien affectif sûr afin de partager ses préoccupations ou ses souffrances. C’est une impossibilité perçue! Il y a toujours quelqu’un pour écouter, il y a toujours quelqu’un pour nous aimer, il y a toujours pour nous quelqu’un à aimer, à qui nous pouvons ou devons donner.
  • La non (re)connaissance de l’oeuvre de Dieu. Judas n’a pas vu en Jésus le messie, il l’appelle «maître» et non Seigneur (Marc 14:45). Judas n’a pas non plus vu dans son appel apostolique un signe ou une grâce venant de Dieu. Cela a sans doute facilité sa décision de livrer Jésus.

Nous voyons donc que n’importe qui peut se retrouver dans cette posture : avoir une faiblesse qui le conduit à transgresser la loi de la maison, du pays, les règles de l’éthique et de la bienséance, les commandements d’amour de la Bible.

Pas la peine d’attendre que les choses prennent une tournure aussi tragique que pour Judas ! En revoyant nos actes et attitudes à la lumière de la sagesse de l’Esprit Saint, qui est la sagesse de Dieu, nous pouvons détecter nous-mêmes nos faiblesses, nos points de chute. En méditant, en priant, en réfléchissant, en étant ouverts aux solutions qui s’offrent à nous, et en les mettant en pratique nous nous en sortirons ! Jésus a déjà vaincu le monde 🙂 A nous de marcher dans ses pas.

Dans un prochain article, je reviendrai plus en détail sur les leviers qui peuvent être utilisés pour amener du changement en activant sa foi et en utilisant la prière.

Vous avez aimé? N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à faire passer cet article 🙂

 

4 réflexions sur “Pourquoi Judas trahit Jésus

  1. Je crois que la conclusion me touche profondement. Pour dire vrai, j’ai de la peine à vivre avec certains autres en communauté . je suis d’un caractère timide. C’est avec peine que j’esprime mes besoins aux autres, quant même je le Fais je n’ai pas de bonne suite. J’ai de la peine à faire confiance et me laisser guidé par les autres. Je veux bien m’ y mètre avec les autres mais je juge de ma situation très pauvre en finance pour participer à l’essor du groupe. Merci de me soutenir par vos grands conseils, que Dieu vous guide. AMEN

    J'aime

    1. Bonjour, je suis heureuse que cet article vous ait touché; que toute la gloire revienne à Dieu !
      Merci également d’avoir laissé ce commentaire très personnel et intéressant. Soyez tout d’abord assuré de l’amour que Dieu a pour vous. Il vous a tissé dans le ventre de votre mère et vous êtes une créature merveilleuse ! (psaume 139:13-14).
      Vos paroles m’ont touchées également, Je répondrai au mieux à votre requête. Soyez béni.

      J'aime

    2. Bonjour, j’ai écrit un article qui je l’espère répondra à plusieurs des aspects de votre commentaire. La grâce de Dieu soit avec vous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s